Recommandations pour la qualification aux fonctions de maitre de conférences

Au plan général :

- il n'est pas utile de constituer des dossiers trop volumineux. L'envoi des mémoires de thèse, HDR, etc. n'est pas obligatoire. En revanche, les rapports de thèse ou de HDR sont fortement appréciés et leur envoi est recommandé.

- les dossiers doivent être envoyés dans les délais impartis, aucun retard n'étant accepté.

- il est impératif que le dossier administratif soit complet, pour la recevabilité de la candidature.

- il est recommandé de compléter et de joindre au dossier la « fiche spécifique » de la section 69 qui accompagne ces recommandations.

Téléchargement de la fiche MCU CNU 69.doc .

- les publications en cours annoncées comme « acceptées » doivent être justifiées par la copie de l'acceptation par l'éditeur de la revue. Il est inutile de mentionner les publications « soumises » ou « en cours » ,ces dernières ne sont pas prises en compte par la section dans l'évaluation des dossiers.

- il est essentiel que chaque candidat joigne à son dossier une notice détaillée présentant son activité en matière d'enseignement, de recherche et de responsabilités administratives.

 

Informations spécifiques pour la qualification niveau Maîtres de conférences :

- le grade de Docteur de l'Université n'est pas une condition suffisante pour la qualification ; une production scientifique minimale et récente sur les travaux de thèse ou post-doctorat est nécessaire. Des demandes d'équivalence de diplômes sont possibles et prévues par les textes réglementaires.

- cette production scientifique doit être représentée par la publication dans des revues internationales généralistes ou de spécialité de travaux en Neurosciences.

La section a fixé des recommandations générales d'admissibilité, susceptibles de modulation en fonction de la contribution des candidats à l'enseignement et/ou de la qualité intrinsèque des publications. Les candidats doivent être auteur d'au moins 3 publications internationales ; 2 si leur contribution à l'enseignement est significative (équivalent ou supérieur au service d'un moniteur  (64h/an par exemple). Dans le cas d'un arrêt de la production scientifique, la commission s'assurera que le candidat poursuit effectivement une activité de recherche en Neurosciences au moment de sa candidature. Dans le cas d'un changement de thématique (par exemple pour une formation initiale hors du champ des Neurosciences), il sera demandé aux candidats de confirmer leur nouvelle orientation par une publication acceptée dans des journaux du domaine. Les brevets sont considérés comme des publications à part entière.

- la mobilité doctorale (thèse en cotutelle) ou post-doctorale qui permet d'évaluer l'aptitude du candidat à s'adapter à un nouvel environnement scientifique ne revêt pas un caractère obligatoire. Toutefois, en 2014, 84% des candidats qualifiés avaient effectué au moins une mobilité.

- la participation aux enseignements est prise en considération pour la qualification. Elle ne revêt cependant pas un caractère obligatoire. Dans le cas où il sera mentionné des participations aux enseignements hors Monitorat ou ATER, le candidat fournira des attestations justifiant de cette activité, en précisant le volume horaire (annuel et totalité) et le programme des enseignements dispensés et le cursus. Les encadrements de stagiaires hors DEA/Master ou Doctorants ne sont pas considérés comme des enseignements.

- en cas de  re-qualification : les candidats doivent insister sur la période de référence (depuis l'obtention de la précédente qualification), et montrer qu'ils sont toujours dans une activité scientifique avec un rythme de publication dans le champ des neurosciences, des responsabilités administratives et/ ou une charge d'enseignement qui devra être justifiée par des attestations.

 

Remarque d'ordre général :

Un rapport favorable sur les deux présentés par les rapporteurs n'est pas une condition suffisante à la qualification, ni ne justifie en soi une procédure d'appel.  Les recours en appel sont en effet prévus par les textes, mais la procédure doit conserver un caractère exceptionnel. Ils nécessitent en tout état de cause une argumentation solide à fournir à la commission d'appel, considérant que, de toute façon, les candidats ne peuvent prétendre à la qualification s'ils ne souscrivent pas aux recommandations définies par la section.