Recommandations recrutement professeur - 46 3°

Critères et modalités d'appréciation des demandes présentées au titre du 3° de l'article 46 du décret du 6 juin 1984

Critères d'examen des dossiers

Pour apprécier si le candidat a une activité qui répond à celle que l'on attend  d'un Professeur des Universités, la Section 02  prend en compte deux séries de paramètres : l'activité de recherche du candidat, qui est un critère déterminant, et, à titre complémentaire, l'investissement de ce dernier dans l'Université depuis la maîtrise de conférences.

1. Est examinée à titre principal l'activité de recherche du candidat.

L'activité de recherche est examinée sur la base des critères suivants :

-- la nature des publications (ouvrage individuel ou collectif, articles, chroniques, communications à des colloques) ;

-- la notoriété de leur support (revues de référence ; colloques locaux, nationaux, internationaux, etc) ;

-- la régularité des publications (nombre, périodicité) ;

-- la qualité des travaux et leur apport doctrinal (originalité de la pensée, contribution scientifique à l'étude de la question traitée,  rigueur de la réflexion, champ de recherche plus ou moins spécialisé).

La Section accorde une attention particulière à la qualité de la production scientifique du candidat, dont doit témoigner la reconnaissance scientifique du candidat dans sa spécialité.

Au terme de cet examen, le rapporteur porte une appréciation globale sur l'activité de recherche du candidat.

2. Cette appréciation est complétée, en second lieu, par l'analyse de l'investissement dans l'Université depuis la maîtrise de conférences. Celle-ci fait intervenir trois paramètres principaux :

-- les responsabilités scientifiques : direction ou participation active à un laboratoire de recherche ; organisation de colloque, participation à des recherches collectives ; direction de thèse ou de mémoire de M 2 recherche ; participation à des jurys de thèse.

-- les activités et responsabilité pédagogiques : enseignements assurés (diversité ; enseignements en M 2) ; direction de diplôme.

-- les responsabilités collectives : responsabilités administratives dans l'établissement ; responsabilités nationales (CNU, expertise HCERES…) ;  participation à des jurys de concours, à des comités de sélection.

L'investissement administratif d'un candidat peut être de nature à expliquer l'évolution de l'intensité de son activité de recherche même s'il ne saurait suffire, faute d'une activité de recherche (appréciée depuis l'acquisition de la qualité de maître de conférences) suffisamment fournie, pour justifier un avis favorable.

De même la Section 02, tout en adoptant ces standards exigeants, ne saurait négliger les conditions concrètes d'exercice de leurs activités par les maîtres de conférences (par exemple les difficultés à être invité dans les principaux colloques de leur discipline, à accéder à certains supports de diffusion de leurs travaux ou à des responsabilités administratives ou scientifiques dans les établissements ou encore les conditions de travail en leur sein).

Examen des dossiers

Les rapports écrits des deux rapporteurs sont communicables par le ministère au candidat après la réunion de la Section.

Lors de cette réunion, un rapport oral distinct du rapport écrit est présenté en séance.

Une fois l'avis des rapporteurs émis, une discussion s'engage entre les membres du CNU dans le respect des règles déontologiques codifiées aux articles 12 et suivants de l'arrêté du 19 mars 2010.

Un membre de la Section n'intervient ainsi par exemple pas sur une candidature relevant de son établissement et ne prend pas part au vote. Le membre du CNU directeur de thèse d'un candidat ne peut pour sa part ni assister ni, a fortiori, participer à la délibération relative à cette candidature et doit en conséquence quitter la salle de réunion préalablement à l'audition des rapports relatifs à cette candidature. Il est rappelé après l'examen du dossier et le vote.

A l'issue de la délibération, la section émet un vote à bulletins secrets dans les conditions prévues par l'article 8 de l'arrêté du 19 mars 2010.